Constance

nature

Si je perdais la vue, je le vivrais comme une rupture amoureuse.

Je ne pourrais pas me dissocier du plaisir que tu me proccure.

Avec mes yeux je te parle, et tu me reponds.

Et avec nos yeux nous faisons ce ballet qu’à deux ne peux etre que gracieux.

Ce n’est qu’avec mes yeux que je peux te toucher, et te caresser

Car l’ocean dans tes iris n’acceptent toujours pas le baobab de mes yeux.

Mais lorsque finallement tu plonges ton regard dans le mien,

Mon coeur s’accorde au tien et l’espace d’un moment le temps s’arrete.

Je peux enfin oublier tout ce mal que l’on m’a fait

Et voyager en apesenteur dans tout ton etre.

Plus je m’enfonce, plus je me decouvre, et plus j’en ai envie.

J’imagine nos deux ames a l’unisson, chantant une symphonie.

Mais on ne peut pas echapper a la tristesse de la realité.

Ce qui fait de nous, âmes sensibles, des soeurs parfaitement inconnus.

Et c’est là, au plus profond de tes yeux, tout près des chuttes

Que je réalise que sans toi, Je n’ai pas de Constance.

Advertisements